Visite de Barack Obama au Mexique

Image

Pour la première fois depuis l’élection d’Enrique Peña Nieto, Barack Obama a effectué, le 2 mai, une visite officielle au Mexique. L’occasion de revenir sur les enjeux principaux de la relation américano-mexicaine.

Une relation paradoxale

« L’histoire d’un Etat est toujours en même temps une partie de l’Histoire des Etats voisins ». Aucune relation entre deux pays ne peut davantage correspondre à cet adage que celle entre les Etats-Unis d’Amérique et le Mexique (de son vrai nom «États-Unis mexicains »). Ainsi, l’histoire de ces deux pays, qui partagent 3 200 kilomètres de frontière, est indissociable : Mexico et Washington se sont tout d’abord affrontés au cours du 19ème siècle. Entre 1836 et 1853, le Mexique perdit près de 2 millions de Km² au profit de son voisin du nord : Cette zone qui comprend notamment le Texas, le Nouveau Mexique, l’Arizona et la Californie est devenue aujourd’hui une aire d’intense métissage culturel qui symbolise à merveille l’interpénétration entre les deux pays (cet espace intermédiaire à cheval sur les deux pays est parfois appelé « Mexamérica »). Au 20ème siècle, les relations entre ces deux nations ont été marquées par les trafics en tout genre le long de la frontière, par des flux de marchandises de plus en plus importants créant une interdépendance économique et enfin par une immigration massive de Mexicains au Etats-Unis.

La relation entre ces deux pays est paradoxale, à la fois symbiotique et antagoniste. Tout semble opposer ces deux nations qui atteignent pourtant un degré d’interpénétration rarement égalé. Les Etats-Unis sont un pays majoritairement protestant et anglo-saxon qui domine le monde depuis plus d’un demi siècle et se targue d’une longue tradition démocratique. Le Mexique est un pays hispanique et catholique qui n’a pas encore totalement achevé sa transition démocratique et qui est fragilisé par une corruption endémique. Si le Mexique possède la 11ème économie mondiale, il doit aussi faire face à une pauvreté massive touchant quasiment la moitié de sa population.

Les enjeux des relations américano-mexicaines

Barack Obama et Enrique Peña Nieto ont exprimé, au cours d’une conférence de presse commune, leur désir d’amorcer une nouvelle étape dans les relations entre leur pays respectifs. Au-delà de cette déclaration de bonne intention, les deux dirigeants ont surtout profité de leur rencontre pour aborder trois enjeux majeurs des relations américano-mexicaines : les questions sécuritaires, l’immigration et l’économie.

La gestion de la frontière entre les deux pays est un enjeu-clef des rapports bilatéraux. Cette frontière de 3 200 km avec les Etats-Unis, en partie naturelle (Rio Bravo), connaît un trafic journalier de 8000 véhicules et 300 000 personnes avec passeport. Le poste frontière entre San Diego (Etats-Unis) et Tijuana (Mexique) est le plus fréquenté au monde. Devant le flux de personnes et de marchandises, il est impossible pour les autorités américaines de contrôler toutes les entrées sur le territoire national. Une délinquance spécifique due à tous les trafics (drogues, armes, faux-papiers, traite des femmes …) couverts et parfois aidés par la police mexicaine, s’est développé depuis longtemps le long de cette frontière et perdure aujourd’hui. La frontière est souvent lieu d’affrontements (5 000 morts en 15 ans selon la commission nationale des droits de l’homme à Mexico). Cette criminalité s’explique en partie par le trafic de drogue et la lutte entre les cartels mexicains pour le contrôle de cette région stratégique. Le trafic de cocaïne rythme ainsi le quotidien de la frontière (entre 75 et 90% de l’approvisionnement du marché américain transite par le Mexique). Sous le prétexte de lutter contre l’insécurité et le terrorisme (empêcher des membres d’Al Qaida de s’infiltrer aux Etats-Unis par la frontière Mexicaine), le gouvernement américain a promulgué, en novembre 2006, une loi pour la construction d’une « clôture » de 1200 km, instaurant une véritable militarisation de la zone.

Un des enjeux lié à la frontière entre les deux pays est l’immigration illégale massive de Latino-Américains (majoritairement des Mexicains) aux Etats-Unis.  La frontière entre le Mexique et les Etats-Unis est le principal couloir migratoire au monde. Chaque année un million de personnes tentent de rejoindre « l’eldorado Américain » et environ 500 000 y parviennent. Entre 2001 et 2008, George W Bush a multiplié les surenchères pour tenter de rendre hermétique cette frontière. Aujourd’hui, plus 12 millions de migrants illégaux sont déjà sur le sol américain dont 75 % d’hispaniques et 59% Mexicains. Les Latino-Américains représentent désormais 16.3% de la population des Etats-Unis. En cette période de crise économique, le sujet de l’immigration illégale est au cœur du débat politique. Beaucoup accusent les immigrés latinos d’occuper les emplois des travailleurs Américains. Certains responsables politiques américains estiment aussi que l’arrivée massive de clandestins est une menace pour la cohésion sociale et la sécurité du pays. Mais de nombreux chefs d’entreprises s’accommodent très bien de cette situation qui met à leur disposition une « armée » d’immigrés illégaux près à effectuer les travaux les plus pénibles pour $5 de l’heure. Aujourd’hui, l’économie américaine, particulièrement dans les Etats du sud est totalement dépendante des travailleurs illégaux hispaniques.

Outre le la sécurité aux frontières et la question migratoire, c’est la situation sécuritaire alarmante au Mexique qui représente le principal enjeu pour la sécurité américaine. Depuis 2004, ce pays est en proie à une guerre des territoires entre les « cartels de la drogue », des organisations criminelles transnationales parmi les plus puissantes de la planète. L’enjeu pour les cartels réside dans le contrôle du marché local, et du trafic vers les États-Unis, premier consommateur mondial de cocaïne. En 2006, le précédent Président mexicain, Felipe Calderón, décida, dès le début de son mandat, de faire appel à l’armée pour reprendre le contrôle des territoires contrôlés  par les narcotrafiquants. Cette stratégie de militarisation du conflit se révèle être un échec total. Le nombre de victimes de la violence criminelle depuis décembre 2006 s’élève à plus de 70 000, ce qui en fait l’un des conflits les plus meurtriers de la planète pour cette période. Dès 2009 le général Barry Mc Caffrey, l’ancien chef de la lutte anti-drogue sous la présidence de Bill Clinton, déclarait ceci : « le Mexique est au bord de l’abîme et pourrait devenir un narcoEtat dans les dix ans à venir ».  Les Etats-Unis s’inquiètent donc d’avoir comme voisin un Etat qui a atteint la zone dite «d’alarme» au sein du classement mondial des Etats défaillants réalisé par le Fonds pour la paix et la revue « Foreign Policy ». De plus, la majorité des régions les plus affectées par la “guerre des cartels” (Chihuahua, Tamaulipas, Coahuila et Nuevo León) se trouvent le long de la frontière avec les Etats-Unis. Les autorités américaines redoutent par ailleurs une contagion du conflit mexicain sur leur propre territoire. L’Etat du Texas, frontalier avec le Mexique, a ainsi été le théâtre au cours de l’année 2011 d’une augmentation sensible du nombre de morts liés au narcotrafic.

Enfin, mis à part les questions de sécurité, l’autre enjeu principal concernant le Mexique est d’ordre économique. Entré en vigueur le 1er janvier 1994, l’Accord de Libre-échange Nord Américain (ALENA) a fortement contribué à rapprocher le Mexique de son voisin du Nord. Les échanges commerciaux entre le Mexique et les Etats-Unis ont atteint un nouveau record en 2012 (370 milliards d’euros), correspondant à une augmentation de 12% par rapport à l’année précédente. Le Mexique est ainsi devenu en 2012 le troisième partenaire commercial des Etats-Unis (après l’Union Européenne et le Canada mais désormais devant la Chine), alors que Washington est le premier partenaire commercial de Mexico. Le dynamisme de la relation commerciale entre les deux pays s’explique notamment par leur proximité géographique, l’appréciation du yuan chinois face au peso mexicain et la présence d’une main d’œuvre qualifiée et bon marché au Mexique

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s