Nicolas Maduro, l’héritier du “Comandante”

Image

Le Conseil National Électoral (CNE) a annoncé ce matin la victoire de Nicolas Maduro à l’élection présidentielle. Le successeur désigné d’Hugo Chávez est donc élu pour un mandat de 5 ans.  

Le chef de l’Etat par intérim et candidat du Grand Pôle Patriotique (coalition pro-chaviste) recueille 50,66% des suffrages, devançant ainsi Henrique Capriles (49,07%), le candidat de la Table de l’Unité Démocratique[1]. Par ailleurs, le total des voix recueillies par les 5 autres candidats ne dépasse pas 0,26%. Enfin, avec un taux de participation de 78,7% et aucun incident grave signalé[2], ce scrutin souligne la maturité démocratique du peuple vénézuélien.

Les raisons de la victoire

L’élection de Nicolas Maduro souligne l’adhésion de la majorité de la population vénézuélienne à la politique menée par Hugo Chávez au cours de ces 14 dernières années, en particulier au processus de redistribution des revenus du pétrole. En effet, entre 1998 et 2012, les classes populaires du pays ont vu leurs conditions de vie s’améliorer significativement grâce à la mise en place, grâce à la rente pétrolière, des « missions », des programmes sociaux de grande envergure, dans de nombreux domaines comme la santé, l’éducation, l’alimentation ou le logement.

Ce scrutin illustre également la popularité de Nicolas Maduro, ancien ministre des Affaires étrangères (2006-2012) et vice-président (2012-2013) sous Hugo Chávez. Alors qu’il est présenté, à tort, comme un personnage « sans charisme » dans les médias français, Nicolas Maduro a réussi à convaincre une majorité de Vénézuéliens qu’il était capable de préserver les acquis du chavisme tout en résolvant les principaux problèmes du pays, à savoir l’insécurité et l’inflation.

Un score élevé pour l’opposition

Le nouveau Président devra néanmoins tenir compte du score réalisé par son rival. Grâce à une communication efficace, une campagne électorale particulièrement dynamique et un positionnement centriste[3], le candidat de la Table de l’Unité Démocratique, Henrique Capriles est parvenu à recueillir 49% des suffrages, le meilleur résultat pour un candidat de l’opposition depuis l’élection d’Hugo Chávez en 1998. Nicolas Maduro va donc prendre la tête d’un pays divisé politiquement avec une légitimité électorale moins importante que celle dont bénéficiait son illustre prédécesseur.

Des tensions à venir

Les prochaines semaines pourraient d’ailleurs être marquées par la persistance d’une certaine tension politique au Venezuela. Ainsi, bien que le CNE ait affirmé qu’il n’y avait pas eu d’incident majeur et malgré la présence de nombreux accompagnateurs internationaux, Henrique Capriles estime que les résultats de l’élection « ne reflètent pas la réalité du pays » et laisse entendre qu’une fraude a été organisée par le parti au pouvoir. Le candidat de l’opposition refuse donc de reconnaître l’élection de Nicolas Maduro[4] avant que la totalité des voix ne soient recomptées. Bien que Nicolas Maduro ait accepté l’audit de l’ensemble des bulletins, le Venezuela pourrait être affecté par une période d’instabilité au cours des prochaines semaines. Des manifestations de l’opposition, pouvant être accompagnées de violences, sont ainsi susceptibles de se produire, en particulier à Caracas, pour contester les résultats électoraux.


[1] Coalition de partis d’opposition dont le centre de gravité est au centre-droit

[2] 141 000 membres des forces de sécurité avaient été déployés sur l’ensemble du territoire pour assurer le bon déroulement du vote et empêcher d’éventuels débordements.

[3] Bien qu’il soit le fondateur de Primero Justicia, un parti de droite, Henrique Capriles se définit désormais comme une personnalité de « centre-gauche ».

[4] Lors de la précédente élection présidentielle, en octobre 2012, Henrique Capriles avait immédiatement reconnu sa défaite face à Hugo Chávez. L’écart était alors plus important entre les deux candidats, de l’ordre de 11 points (55 contre 44%).

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s